Il est temps de sortir du nucléaire et de penser à l’avenir

«L'éducation des frissons est mal faite en ce pays. Nous ignorons les vraies règles et quand l'événement apparaît, nous sommes pris au dépourvu.» 

Henri Michaux

  

On se réjouira de voir que les baleines seront peut-être moins chassées cette année par les navires usines japonais dès lors que quelques malheureux cétacés radioactifs viennent d’être repérés à 650 Kms de Fukushima.Bonne route… 

Quittons l’univers marin et il ne sera pas non plus difficile d’imaginer que l’on puisse très prochainement découvrir que les oiseaux seront à leur tour devenus victimes de cette radioactivité. Courage, plus que quelques semaines avant de découvrir ce que la biologiste Rachel Carson n’aurait même pas pu imaginer en publiant en 1962 son célèbre Silent Spring, ce fameux  Printemps silencieux, ouvrage dans lequel elle décrivait les ravages du DDT sur les oiseaux dans l’Etat du Massachusetts et imaginait leur disparition pure et simple. Bon vol… 

Plus à l’Ouest,  dans le Nebraska, les choses se gâtent : ne voilà-t-il pas en effet que le  fleuve Missouri qui connaît sa plus grande crue depuis1952 a entrepris de quitter son lit et de menacer de noyer la centrale électronucléaire de Fort Calhoun…

En avez-vous entendu parler à la Radiodiffusionnationale ? Peut-être pas ? C’est qu’il n’y a rien de grave, voyez-vous. Tout est « under control », n’est-ce pas ? Les « Experts » sont sur place. Des digues de sacs de sable ont d’ailleurs été élevées pour  protéger  l’usine de l’inondation.

Hélas ! Le Destin aux doigts crochus vient se mêler de ce qui ne le regarde pas et voici que malgré les sacs de sable l’eau s’infiltre par le sous-sol, un barrage situé en amont est contraint d’alléger son réservoir en libérant quelques  flots supplémentaires et un incendie causé par une panne électrique met le système de refroidissement du réacteur en péril etc…

« Nous n’avons le choix qu’entre des vérités irrespirables et des supercheries salutaires » disait Cioran.

Je crois personnellement que l’avenir est aux utopies maîtrisées.

Mayak ,Three Mile Island, Windscale/ Sellafield, Tchernobyl, Fukushima…Fort Calhoun, peut-être? Que faut-il d'autre?

Ceux qui éluderont la question pour 2012 n’ont pas vocation à parler, encore moins à concourir pour perpétuer un système industriel et politique qui se refuse à voir que l’accident nucléaire ne peut être écarté.

Alors écartons le nucléaire et ses tenants. 

 

Sources et liens :

 

http://enenews.com/nebraska-nuke-plant-totally-surrounded-floodwaters-omaha-levees-hold-dykes-designed-weeks-water-3-4-months-expected 

http://www.argusleader.com/article/20110611/NEWS/106110306/Ground-saturation-deepens-concerns 

http://enenews.com/radioactive-whales-caught-650-km-from-fukushima-plant 

http://www.suite101.fr/content/printemps-silencieux-livre-qui-revolutionna-lecologie-mondiale-a20120 

http://seattletimes.nwsource.com/html/nationworld/2008060759_nukes19.html 

http://www.guardian.co.uk/news/datablog/2011/mar/14/nuclear-power-plant-accidents-list-rank 

http://www.thedailybeast.com/blogs-and-stories/2011-03-12/the-10-worst-nuclear-disasters/ 

On lira avec profit les observations suivantes : 

Étienne Ghys« Accident nucléaire : une certitude statistique » — Images des Mathématiques, CNRS, 2011. En ligne, URL :http://images.math.cnrs.fr/Accident-nucleaire-une-certitude.html